Le regard

Le regard de Monna Lisa est un attribut remarquable du tableau de Léonard, car il s’adresse au spectateur et capte immédiatement son attention. Cependant, ce n’est ni unique ni inédit dans le genre du portrait. Mais Léonard lui donne une dimension essentielle de la vie : le mouvement des yeux qui se plissent pour esquisser un sourire. 

close cartel

Le sourire

Le célèbre sourire de Monna Lisa donne une fascinante ambiguïté à l’image.
Léonard réussit à capter une expression éphémère. Pour y parvenir, après une première ébauche des ombres, il modèle les formes par d’imperceptibles passages de l’ombre à la lumière. Observez l’effet produit (sfumato) qui fait vibrer la matière picturale, anime le sourire et donne vie à la Joconde.

Ce sourire incarne l’expression psychologique de Lisa Gherardini et constitue l’aboutissement de la technique picturale de Léonard de Vinci.

close cartel

La guitare

La marquise aimait tout particulièrement la musique. Cet art d’agrément est évoqué par les partitions et la guitare posée sur le fauteuil de l’arrière-plan.
C’est une guitare baroque à dix cordes. 

Devant l’engouement dès le 17e siècle pour la guitare, des luthiers comme la célèbre famille parisienne, les Voboam, se spécialisent dans la fabrication de ces instruments. 

Guitare, Voboam, Paris, Cité de la musique

close cartel

Le siège à pozzetto

Le siège sur lequel Monna Lisa est assise, est en bois, de forme semi-circulaire. Avec son accoudoir soutenu par des balustres, il est tout à fait reconnaissable : c’est un siège à pozzetto, caractéristique de la Renaissance italienne.

close cartel

Les colonnettes et le parapet

Des colonnettes posées sur un parapet ferment l’espace de la loggia dans laquelle Monna Lisa est assise. Leur base est bien visible, tandis que leur fût n’est qu’à peine perceptible. Les colonnettes ne cadrent pas seulement à gauche et à droite le paysage au lointain, mais tout autant la figure du modèle.

close cartel